dimanche 10 avril 2011

De la propagande à la justice.

L'éditorialiste Gideon Levy, du journal israélien Haaretz, suggère dans son dernier papier de mettre fin au «ministère de la propagande israélien» (le ministère Hasbara) et d'adopter une politique qui mettra fin à l'occupation et à la colonisation des territoires palestiniens. Selon lui, la diplomatie publique israélienne ne convainc pas la communauté internationale de la juste cause israélienne, mais elle est efficace à l'interne en déshumanisant les Palestiniens, ce qui compromet une éventuelle résolution de l'impasse.

Extraits :
«The world knows that this is a battle between the Israeli Goliath and the Palestinian David, and its heart is with the underdog. The world heard Prime Minister Benjamin Netanyahu speak of a two-state solution and was filled with hope. But after two years of total deadlock, hollow talk, illusions, Israel's unreasonable setting of conditions and the construction of more and more settlements, the world has condemned Israel. No hasbara can change that.

Hasbara will not overcome the unequivocal fact that Israel has been an occupying power for more than four decades. No propaganda can persuade people of good conscience that we're right as long as millions of Palestinians are living without rights
».

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les intellectuels israéliens ne peuvent pas tous être qualifiés de complaisants ! On peut même dire que leur nationalité leur donne une plus grande liberté et un sens critique plus aiguisé, puisqu'ils ne peuvent être taxés d'antisémitisme... En espérant que ce goût pour la critique et la justice ait un jour des répercussions politiques dans le pays.

2 commentaires: