samedi 17 juillet 2010

Avant le décrochage estival.

Je repars sous peu en vacance, histoire de décrocher davantage... On se retrouvera plus régulièrement à la rentrée...
Acadia National Park, Maine.
Mais d'ici là, quelques suggestions. Lire:
  • Ce papier de Chantal Hébert, qui revient sur ce projet de Quebecor d'instaurer une chaîne d'info «conservatrice» de type Fox News au Canada...
  • Cette chronique de Josée Blanchette, un petit bijou, parlant de ce français, Marc Roger (et de cette québécoise, Catherine Hébert, qui documente l'expérience) qui marche de Saint-Malo à Bamako - 5000 km - en offrant des lectures publiques aux quidams rencontrés sur son passage...  Un griot blanc. Elle souligne également la parution du dernier numéro de Relations qui propose un dossier sur les silences... «Il est peu de réalité essentielle à l'existence qui soit si peu prise en compte que le silence. Pourtant, sans silence, pas de parole, pas de musique. Ni repos, ni sommeil. Le silence, c'est un peu la demeure des poètes, l'oxygène de la pensée et du jugement» Jean-Claude Ravet.
  • Ce papier de Steve Proulx sur les vacances versus la routine...
  • Ce compte-rendu du livre de Jean-Louis Servan-Schreiber (une «grande famille» en France...) sur le court-termisme qui nous assaille et nous empêche de penser et d'agir en fonction du long terme... Extraits : «Nos dirigeants sont de plus en plus soumis à une opinion publique de plus en plus volatile. (...) D'où l'avènement d'une politique de l'anecdote et de l'émotion qui ne traite plus des problèmes de fond, jugés électoralement peu payants. (...) De même pour la finance, où la recherche effrennée d'une rentabilité à court terme a causé les dégâts que l'on sait. (...) Même constat pour la publicité, qui véhicule le culte de la nouveauté et l'obsolescence programmée pour nous faire consommer toujours plus, et plus vite». 
  • Le dernier numéro du média gratuit Espaces, dispo un peu partout, offre un Dossier survie fort intéressant : plein de conseils judicieux pour les moments où les situations deviennent «limites». Quand la débrouillardise devient une exigence. On y suggère plein de trips à faire à vélo ou à pied et on y raconte des histoires hors de l'ordinaire...  Voir à ce sujet le projet de 4 passionnés de montagnes québécois qui partent pour le Manaslu (8 156 m), du côté népalais.
En attendant, vous pouvez aussi vous rabattre sur les archives: en fonction de vos intérêts, choisissez une catégorie... Et vous pouvez faire comme moi : décrocher et vous offrir le silence du web...

1 commentaire: