mardi 26 octobre 2010

Jérusalem-est : le pourrissement.

Depuis la reprise de la colonisation des territoires palestiniens par Israël fin septembre, reprise qui a mis fin aux négociations de paix dans la région, de nouvelles voix s'élèvent pour souligner combien le futur État palestinien que la Communauté internationale appelle de ses voeux depuis 1947 (!) et plus clairement encore depuis 20 ans, est «une illusion»... Ce sont les mots du rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans les Territoires occupés, Robert Falk.

En effet, un État palestinien viable devrait au moins bénéficier d'un territoire continu et d'un accès à Jérusalem-est, lieu saint pour les musulmans. Mais la municipalité de Jérusalem unifiée (sous contrôle israélien depuis 1967) continue d'accroître son contrôle sur la partie orientale de la ville, entre autres en détruisant des maisons palestiniennes et en déplaçant de force les familles...

L'ex-président des USA Jimmy Carter était en mission d'observation cette semaine dans les territoires occupés pour condamner cette politique de destruction des maisons palestiniennes. Dans un récent livre, Jimmy Carter évoquait l'apparation d'un «apartheid» en Palestine. En effet, les Palestiniens sont de plus en plus confinés à des «bantoustans» - bandes de terres surpeuplées sans liens les unes avec les autres - et les Israéliens se gardent les meilleures terres, l'accès à l'eau, les principales routes, etc.

L'État palestinien en devenir est donc de plus en plus une illusion... Mais il me semble que ce pourrissement de la situation ne peut mener à l'apaisement. La colère et l'humiliation risquent tôt ou tard de dégénérer.

11 commentaires:

  1. Le président Carter n'a pas tort, il s'agit bel et bien d'un apartheid lorsque seuls les colons peuvent utiliser les meilleures autoroutes ou avoir les meilleures terres. Peut-être serait-il temps que la communauté internationale fasse ce qu'elle a fait à l'Afrique du Sud, qu'elle impose des sanctions commerciales et diplomatiques à Israël. Sinon, ce sera deux poids, deux mesures. Il faut s'assurer que cette discrimination ne vale pas la peine d'être mise en place dans les territoires occupés. Sinon, elle perdurera, et tout les optimistes qui espèrent toujours un règlement du conflit seront tôt ou tard bien déçus...
    Philippe

    RépondreSupprimer
  2. moi l'ignorant, je me dis :
    comment se fait-il que Le Voisin, Philippe et l'ex. président Carter ( je suis sérieux !!!)sont conscients et déplorent que "l'Etat palestinien en devenir est de plus en plus une illusion" et que l'ONU et les USA et les autres semblent s'en crisser comme l'an 40...ou ne rien comprendre..
    pepedamour

    RépondreSupprimer
  3. Ca ressemble de plus en plus à du nazisme, ce qui est écrit ici. Heureusement, qu'il y a des gens sensés qui protègent le petit peuple en nombre que sont les Juifs et non en connaissance. Vive Israel, avec sa grande diversité culturelle (plus de 15 pourcents de passeports émis par cet état son pour des gens d'origine arabe après tout.
    L'arrogant

    RépondreSupprimer
  4. Cher arrogant,
    je ne comprends pas comment on peut comparer nos écrits au nazisme. Personnellement, je reconnais le droit de l'état juif d'exister. Je peux même ajouter à votre statistique sur les passeports que l'Arabe est une des deux langues officielles de l'état hébreu...avec l'hébreu. Le problème, c'est qu'Israël contrevient souvent au droit international. Le problème, c'est aussi qu'Israël impose un mode de vie aux gens qui vivent en territoires occupés. Ces derniers méritent qu'on prenne leurs intérêts en compte. C'est tout.
    Philippe

    RépondreSupprimer
  5. Quand on commence à trouver "nazie" la moindre remarque un peu critique envers la politique israelienne,c'est que l'argumentation s'appauvrie grandement.Ici(en France) dès qu'on critique la politique israelienne_et elle est critiquable-on est taxé d'antisémite;le débat s'en trouve tronqué et l'aporie point...Un effort de mémoire remet le nazisme à sa place!
    Pascal

    RépondreSupprimer
  6. J'invite l'arrogant à se rendre à Washington DC ce samedi au Rally to Restore Sanity. Jon Stewart y a préparé des pancartes qui disent :
    « I don't agree with you but I don't think you're Hitler !»

    RépondreSupprimer
  7. @ À tous, il n'y a jamais eu de nation palestinienne. C'est un mythe, tout comme la Transdniestrie n'est pas une nation (et un pays). Le Québec est une nation et devrait devenir indépendant, mais pas la Palestine, le Kosovo et d'autres nations-bidons. Je crois que pour espérer avoir l'indépendance il faut respecter le concept d'état-nation (les nations qui veulent avoir l'indépendance ont le droit de l'avoir). Or, la Palestine est une création des Anglais. Après avoir battu les Ottomans (Turcs), les Anglais n'ont pas respecté les limites des provinces turcques au Moyen-Orient et ont créés une série de plaies. La Palestine faisait partie depuis 1517 d'une grande province qui s'appelait l'Égypte. Cette province comprenait une partie de la Jordanie et de l'Arabie-Saoudite. Bref, il n'y aucun peuple palestinien, mais il y a un peuple juif qui a droit à son territoire historique et qui laisse de la place aux Arabes( le soi-disant peuple palestinien).
    L'arrogant

    RépondreSupprimer
  8. Cher arrogant,
    votre retour sur le passé de la Palestine s'avère en général assez bon. Il y a quelques trucs que je changerais, mais je l'accepte en général. Toutefois, j'ai une question pour vous: quel statut donneriez-vous aux arabes vivant dans la bande de Gaza et en Cisjordanie? Devraient-ils rejoindre la Jordanie ou l'Égypte tel que c'était le cas entre 1948 et 1967? Devraient-ils devenir des citoyens arabes d'Israël, ce qui pourrait leur permettre d'obtenir la balance du pouvoir à la Knesset? Je suis curieux de connaître votre position là-dessus.
    Philippe
    P.S.: Vous ne vous êtes toujours expliqué par rapport au ad hominem nazi de votre premier commentaire.

    RépondreSupprimer
  9. À l'arrogant : Ce ne sont pas les colonisateurs qui déterminent s'il y a nation ou non... Comme le disait Benedict Anderson, la nation est une communauté imaginée. De son côté Ernest Renan disait qu'elle est un plébiscite de tous les jours... Ceci implique que la nation palestinienne existe si la grande majorité du peuple palestinien se reconnaît comme faisant partie de cette nation. On ne peut dire simplement (par la magie des mots) qu'un peuple n'existe pas si ce peuple se considère comme distinct depuis des lustres ! en tant que Québécois, vous devriez être sensible à cette réalité... Ce n'est pas parce nos «amis» Canadians ont nié (et nient encore largement) notre existence nationale que le Québec n'est pas une nation...

    RépondreSupprimer
  10. Personnellement, j'attends toujours une réponse, cher arrogant. Ce n'est pas parce qu'il y a 9 ou 10 commentaires que la discussion est terminée...
    Philippe

    RépondreSupprimer
  11. L'arrogant s'appelle Charles-Olivier Parent. c'est un ex-étudiant de Maisonneuve brillant qui aime provoquer mais qui doit apprendre le sens de la nuance et du respect.

    RépondreSupprimer