jeudi 24 février 2011

Kadhafi : un test pour la Communauté internationale.


Le Colonel Kadhafi, qui s'accorche dangereusement au pouvoir en Libye depuis que sa population a enclenché les protestations dans la foulée des révolutions tunisienne et égyptienne est un test pour la Communauté internationale.

Dans les années 1990, une série d'interventions dites «humanitaires» ont été autorisées par l'ONU dans le but de protéger des populations civiles identifiées comme victimes ou cibles de conflits armés. L'opération la plus connue fût lancée en ex-Yougoslavie pour «protéger» les populations de Bosnie contre les milices serbes... Ces missions ont été et avec raisons, fortement critiquées, parce qu'elles ont souvent favorisé l'objectif d'expansion territoriale d'une Grande Serbie en contribuant à déplacer des populations civiles pour éviter des massacres... Leur inefficacité et le ridicule de leur mandat (mission de «maintien de la paix» en terrain de guerre !) y est aussi pour beaucoup dans toute la réévaluation de ce type de missions. C'est pourquoi nous ne parlons plus du «Droit d'ingérence humanitaire» mais de la «Responsabilité de protéger» les populations civiles devant des régimes qui faillissent à le faire ou menacent leurs populations.

Reste que l'ambition de la Communauté internationale et le rôle de l'ONU demeurent associés à cette responsabilité : préserver la paix et la sécurité, valoriser la vie humaine et protéger les civils en zones de conflit. Les zones d'exclusions aériennes autorisées par l'ONU en Irak durant toute la décennie 1990 avaient pour but d'empêcher le régime de Saddam Hussein de bombarder sa population d'origine kurde, reconnue comme hostile à son autorité.

Le sanguinaire et orgueilleux colonel Kadhafi a un parcours politique semblable à celui de Saddam Hussein. Il est arrivé au pouvoir en 1969 sous une étiquette plutôt nationaliste arabe. Dans la décennie 1980, la Libye est devenue un État subventionnaire du terrorisme international et promoteur d'un anti-occidentalisme notoire. Peu à peu, le régime Kadhafi a glissé en réislamisant son espace politique. Puis sa rhétorique est devenue pan-africaine et anti-terroriste après septembre 2001, pour redevenir fréquentable... Aujourd'hui, devant cette extraordinaire démonstration de force de caractère et de courage des populations arabes, il s'apprête à mourir en Martyr...

Il y a un autre parallèle à faire entre Saddam et Mouhamar Kadhafi: les deux ont, au fil du temps, mis en place un pouvoir autoritaire et centré sur leurs clans. (Voir cet excellent article sur la question des tribus en Libye)

Que fera la Communauté internationale ? Et les régimes arabes en transition comme l'Égypte et la Tunisie, les deux voisins immédiats ? C'est un véritable test pour la crédibilité de l'ONU, des USA et de la ligue arabe...

3 commentaires:

  1. Saddam n'est jamais venu camper dans la cour de l'Elysée(Kadhafi oui et il y a 3 ans et demi de cela seulement)mais il existait un club des amitiés franco-irakienne présidé par Chirac et le compagnon de MAM est l'actuel président de l'amitié franco-libyenne("Khadafi a changé,il lit Montesquieu.."SIC).Quand on vend des armes et des centrales nucléaires les tyrans s'appellent des présidents ou des colonels(les media tous tenus par les industriels collaborateurs des ces régimes sont également tenus de tenir des propos respectables voire cordiaux)Nous ne sommes plus rien,Chateaubriand doit se retourner dans son tombeau et peut-être remuer les dernières poussières des Lumières passées!
    Pascal.

    RépondreSupprimer
  2. Un de mes petits-fils m'a demandé pourquoi les USA imposent des contraintes ou des punitions à La Lybie.
    Ce n'est pas plutôt le rôle des Nations Unies ?
    J'ai répondu..tout croche.
    Peux-tu répondre à mon petit-fils via son pépé ?
    pepedamour

    RépondreSupprimer
  3. et il m'a dit, aussi:
    " pépé, tu ne sais pas écrire. C'est Libye...
    ok..ok... fâche-toi pas..tu ressembles à ta mémé...
    yg

    RépondreSupprimer