vendredi 16 septembre 2011

Jean Charest le corrompu.


Il devient difficile de se garder une petite gêne avant d'accuser le 1er ministre d'être corrompu après la «fuite» qui a rendu public le rapport de Jacques Duchesneau sur la collusion et la corruption qui se sont infiltrées partout au sein du ministère des Transports du Québec (et que dire de celui des Ressources naturelles?)

D'abord, cette fuite a sans doute été orchestrée par quelqu'un qui s'inquiétait que ce rapport soit tabletté... Pourquoi le gouvernement n'était pas intéressé à rendre public ce rapport? Pourquoi même est-il intéressé à mettre des bâtons dans les roues à l'unité anti-corruption en exigeant que les policiers et enquêteurs à la retraite qui la composent soient contraints de passer l'examen de la fonction publique du Québec? Pourquoi le gouvernement libéral persiste-t-il à refuser une enquête publique sur l'octroi de contrats dans le domaine de la construction et ses liens avec le financement illicite des partis politiques?

Toutes ces questions pointent vers une seule réponse : la peur! Jean Charest et les troupes libérales ont peur que ces enquêtes mettent à jour un stratagème dont ils ont été les grands complices et les premiers bénéficiaires. Rappelons deux faits troublants :

1- le PLQ est un parti riche, particulièrement lorsqu'il est au pouvoir (contrairement au PQ qui semble recueillir plus de fonds lorsqu'il est dans l'opposition);

2- de 2003 à 2010, le 1er ministre Charest obtenait 75 000$ annuellement en salaire supplémentaire de la part de son parti. On sait maintenant d'où provenait cet argent: des entrepreneurs en construction (trop souvent liés au crime organisé) et des firmes de génie conseil qui pratiquent la collusion et tendent à remplacer l'expertise gouvernementale du ministère des Transports.

Mais au-delà de ce refus obstiné, cynique et méprisable du gouvernement de mettre fin à ces pratiques qui coûtent cher aux contribuables (depuis le lancement de l'unité anti-corruption, les entreprises, sentant la soupe chaude, ont diminué drastiquement le coût de leurs soumissions et le gouvernement aurait déjà, en quelques mois, économisé 347 Millions $ !!!) il y a deux constats dramatiques que l'on peut faire :

1- il devient illégitime pour le gouvernement d'exiger plus aux citoyens (taxe-santé et augmentation des droits de scolarité) s'il se refuse dans un 1er temps à faire le ménage au sein de ses propres pratiques qui favorisent les dépassements de coûts et le développement de pratiques frauduleuses et immorales.

2- de plus, si on ne lève pas le voile sur ce système carrément mafieux, il devient pratiquement impossible d'opérer un virage vert dans notre développement économique et énergétique. En effet, ce sont les entrepreneurs en construction et les firmes de génie-conseil qui «contrôlent» plus ou moins directement le processus décisionnel actuellement. Or, ces deux acteurs ne savent que construire des ponts, des autoroutes et des barrages (non-rentables d'ailleurs). Dans ce contexte, comment rêver qu'un système efficace de transport en commun s'implante dans la grande région de Montréal? Et comment envisager que l'on puisse opérer un virage vers les énergies vertes?

Mettre le gouvernement libéral de Jean Charest dehors devient de plus en plus une nécessité démocratique. Le problème est que l'éclatement actuel du paysage politique (avec le maintien de notre mode de scrutin «démocratiquement infect») risque de reconduire au pouvoir ces professionnels de la corruption et du mépris à l'égard du peuple.

Qui a dit que le Québec s'était extirpé de la Grande noirceur? Aux yeux de l'histoire, Jean Charest devrait être jugé beaucoup plus sévèrement que Maurice Duplessis, puisqu'il aura fait reculer le Québec dans presque tous les domaines à une époque où les «standards démocratiques» devraient être plus exigeants que dans les années 1950...

P.S. Ce qu'on reproche à Duplessis : dilapidation à bas prix de nos richesses naturelles et dévotion extrême envers ceux qui favorisent la réélection de l'Union nationale... De son côté, Charest a institutionnalisé le bon vieux patronage ! Quant à la dilapidation de nos richesses naturelles, il n'y a plus Nathalie Normandeau pour le faire, mais le Plan Nord le fera bien...

7 commentaires:

  1. N'oublions pas que Madame Normandeau à quittée la semaine dernière et pourquoi??? Pas pour des raisons personnelle non! Tout ancien ministre comme Sam Hamad d'ailleurs n'ont pas le droit de réponde aux questions de leur ancien ministère. Que la vie est bien faite pour ces crapuleux personnages...
    martine francoeur

    RépondreSupprimer
  2. Charest le mauve: Le POUVOIR REND FOU ! LE POUVOIR ABSOLU ! ABSOLUMENT FOU !!
    (fermaton.over-blog.com)

    RépondreSupprimer
  3. Je me permets un aparté:
    J'arrive de visiter le CPE Lafontaine situé sur le coin Berri et Roy.
    La Direction et le personnel célèbrent le 40 è anniversaire de sa création.
    Impressionnant !!
    La Ministre de la Famille ne voit pas l'importance d'y faire une visite.
    By the way, je me demande si elle connait la différence entre un CPE,une garderie privée et une garderie clandestine..
    Et je me demande aussi si la Ministre de l'Education sait que les enfants passent par le CPE avant d'aller au primaire..
    yg

    RépondreSupprimer
  4. jean charest tu peux rire de nous mais ton reigne acheve jespere qu on va t expatrier dans un petit bidon ville toi et ta famille,et qu on se souviendra de toi comme la pire erreur du quebec avec tes liberal qui on de la merde dans les yeux...sur ce jirais vonlontier pisser sur ta tombe quand tu sera DCD

    RépondreSupprimer
  5. jean charest tu peux rire de nous mais ton reigne acheve jespere qu on va t expatrier dans un petit bidon ville toi et ta famille,et qu on se souviendra de toi comme la pire erreur du quebec avec tes liberal qui on de la merde dans les yeux...sur ce jirais vonlontier pisser sur ta tombe quand tu sera DCD

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer