mercredi 14 septembre 2011

L'écrivain et le politique.

Il vous faut lire cette fabuleuse entrevue avec David Grossman, cet écrivain israélien lucide et poète à la fois. Il y offre l'une des visions les plus pénétrantes et réalistes de la solution à ce conflit «éternel» qu'est le conflit israélo-palestinien.

Tout est là. Du drame humain à la dérive sécuritaire. De l'insécurité profonde du droit à l'existence du peuple juif à la fuite en avant dans l'embonpoint militaire.

Quand je vous dis qu'il nous faut plus d'artistes au pouvoir, c'est entre autres grâce à des écrivains comme David Grossman. Son dernier livre, «Une femme fuyant l'annonce», est extrêmement bien présenté par Pierre Assouline.

4 commentaires:

  1. je dois être un souverainiste obsédé..
    .En lisant les premiers commentaires de Grossman dans l'interview de Rue 89 , je fais inévitablement un parallèle avec le Québec:
    ' ..les Israéliens de retrouver quelque chose que nous avons perdue au fil des décennies, la solidarité..
    .toute société a besoin de solidarité.."
    yg

    RépondreSupprimer
  2. plus d'artistes au pouvoir ?
    peut-être...certainement...par contre , l'artiste doit alors comprendre qu'il n'est plus sur la scène théatrale mais sur la scène politique...
    Je pense à Pierre Curzi...
    yg

    RépondreSupprimer