lundi 22 novembre 2010

Un autre mur...

L'État d'Israël entreprend dès aujourd'hui la construction d'un mur le long de la frontière avec l'Égypte. Pourtant, l'Égypte est le 1er pays arabe à avoir signé la paix avec Israël. C'était en 1979.

Les raisons évoquées par l'establishment militaire israélien pour justifier l'érection de ce mur reposent sur le trafic d'armes et d'immigrants clandestins qui passeraient du Sinaï égyptien illégalement vers Israël. L'entrée illégale de terroristes fait aussi partie des arguments.

Mon point de vue sur la construction des différents murs de sécurité construits par Israël est mitigé. Le mur construit le long de la bande de Gaza avait comme objectif d'empêcher l'incursion de terroristes en territoire israélien. C'était donc un mur défensif. Le mur projeté le long de la frontière égyptienne serait lui aussi un mur défensif... Mais le mur construit depuis 2002-03 en Cisjordanie n'est pas qu'un mur défensif, puisque son tracé pénètre profondément en territoire palestinien de façon à annexer de facto plusieurs colonies juives implantées en territoires palestiniens, au mépris du Droit international. Ce mur-là est donc un mur d'annexion qui sert des objectifs d'expansion territoriale et non des objectifs strictement défensifs...

Mais l'accumulation de ces différents murs fait en sorte qu'on peut se poser la question suivante : L'objectif de l'État d'Israël est-il à terme de «normaliser» ses relations avec les pays voisins ou encore de s'emmurer et d'exister en vase-clos ?

Bien sûr, la perspective d'une normalisation politique d'Israël dépend aussi de l'ouverture de ses voisins au dialogue... Et disons simplement que jusqu'ici, la méfiance et l'hostilité à l'égard d'Israël dominent toujours...

L'impasse actuelle est totale : le gouvernement israélien actuel ne veut pas négocier de bonne foi, ce qui fait que l'ouverture politique du côté du monde arabe est loin d'être payante. Et l'arbitre américain semble incapable d'infléchir le radicalisme israélien comme de regagner la confiance des différents leaders du monde arabe...

Il semble que la «magie Obama» n'opère plus...

7 commentaires:

  1. Calvin Coolidge est un ami de Marc-Olivier Fortin22 novembre 2010 à 15:04

    Aucun mot sur la mort de Rafiiq Hariri, je suis surpris qu'un parrisan du Hezbollah comme vous ne condamne pas les textes que la CBC a reçus. Peut-être que le Hezbollah n'est pas si gentil que ça après tout? Il n'est peut-être pas le parti de la résistance face aux agressions occidentales qu'il semble vouloir prôner...

    RépondreSupprimer
  2. Qui a dit que je suis un partisan du Hezbollah ? Pourquoi toujours travestir la pensée d'autrui ? Pourquoi cette malhonnêteté intellectuelle à chaque fois qu'un point de vue émis ne va pas dans le sens de vos positions ? Quelle est cette mentalité d'assiégé incapable de voir qu'il puisse y avoir des nuances sur cette Terre ? Que tout ne soit pas noir ou blanc... êtes-vous un partisan de Stephen Harper ?

    RépondreSupprimer
  3. Calvin Coolidge, candidat du Reform Party dont le chef officieux serait Harper...
    pepedamour, un ami de Marc-Aurèle Fortin

    RépondreSupprimer
  4. Calvin Coolidge est la seule chose bien que le Vermont est envoyé sur la terre avec les montagnes de ski23 novembre 2010 à 01:44

    @ Voisin. The Few. The Proud. Un Québécois conservateur ficcal,moral et social, qui est pro-israélien et pro-indépendantiste.
    @ Yves Gratton. Le Président américain de 1921-1927. Il est le président le plus cool et libertarien qui soit, il a quitté la maison blanche parce qu'il était tanné de Washington et il avait prévu le Crash de 1929. Merci le Vermont, pour une fois, tu nous as envoyé quelque chose de bien et pas socialiste.
    La Raison est dans ce vidéo:
    http://www.youtube.com/watch?v=5puwTrLRhmw

    RépondreSupprimer
  5. hey, Calvin Kline !
    Graton ça s'écrit avec un seul T !! je ne suis pas Elvis !!
    pepedamour

    RépondreSupprimer