lundi 5 avril 2010

L'affaire dont tout le monde parle... en France.

Un co-animateur à l'émission d'Ardisson, Éric Zemmour (voir photo), a dit récemment: "Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est un fait." Aussitôt, il est sanctionné par le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (notre CRTC?) et le «tribunal de l'opinion» s'abât sur lui. L'homme a de nombreux défenseurs, il n'est pas seul, mais tout ce débat soulève plusieurs questions:
  • Tout vérité est-elle toujours bonne à dire ? Ne faut-il pas parfois tenir compte du contexte et de la manière que seront reçues ces idées ? 
  • Pensez à cette fameuse phrase, lâchée un soir du 30 octobre 1995: «On a perdu, mais dans le fond à cause de quoi : de l'argent pis des votes ethniques !» Cette vérité était-elle bonne à dire ce soir-là ? N'y aurait-il pas mieux valu dire : «On ne reconnaît pas le résultat, le Québec fait appel à la communauté internationale pour qu'elle vienne enquêter sur le bon déroulement du vote et sur le respect des moyens financiers permis par la loi référendaire québécoise aux deux camps de façon à assurer l'équité et la qualité du jeu démocratique !» 
Imaginez comment le rapport de force aurait alors été inversé : le camp du OUI n'aurait pas été le camp défait et amer qu'il paraissait être, il aurait été celui de la victoire morale qui met tout le poids de sa défaite sur le non-respect des règles démocratiques par son adversaire !

Revenons à Éric Zemmour. Que voulait-il faire ? Énoncer un simple fait ? Provoquer ? Contribuer à changer les choses ? Et Parizeau ce soir de 1995, que cherchait-il à faire lorsqu'il a lancé sa phrase-choc ? A-t-il pensé aux conséquences de celle-ci sur son camp et sur sa cause ? Au-delà de la simple liberté d'expression, il faut aussi penser aux impacts de nos propos lorsqu'ils sont tenus dans l'espace public, particulièrement si nous occupons un rôle (animateur à la télé, premier ministre) ou un poste où on représente en quelque sorte plus que soi-même...

3 commentaires:

  1. Zemmour(et Ardisson) se fait juste un peu de publicité.Et il en a besoin vue la vacuité générale de ses propos réacs et volontairement provocateurs.Et apparemment ça marche et même pis,ça nage et traverse l'océan!
    Pascal

    RépondreSupprimer
  2. L'arrogant6 avril 2010 à 10:33

    Vive Zemmour!!! Un grand banlieursard qui a bien réussi dans la vie. En plus, il est de droite. Protecteur de la langue française et provocateur en plus. Tant mieux... Il a raison mais il n'aurait pas du le dire, tout simplement.

    RépondreSupprimer
  3. Zemmour n'a fait que dire tout haut ce que les Français (en particulier les policiers) pensent tout bas...

    RépondreSupprimer