lundi 22 février 2010

La droite et la «discipline budgétaire»...

Je vous parlais dans la rubrique précédente de ce real conservative movement qui sévit aux USA et qui cherche à infléchir le Parti républicain vers un discours axé sur la discipline budgétaire et le non-interventionnisme de l'État, faisant ainsi place aux libertés individuelles trop souvent (selon eux) entravées par l'État...
                                                                               photo : Rush Limbaugh
1er commentaire : ces partisans du conservatisme ont tendance à oublier que ce sont des gouvernements dits «progressistes» qui ont assaini les finances publiques presque partout en occident :
  • C'est l'administration Clinton qui a inauguré les 1ers surplus budgétaires de l'ère moderne aux USA;
  • C'est le gouvernement Jospin ('98-'03) qui a amorcé l'assainissement des finances publiques en France;
  • C'est le gouvernement Bouchard qui a équilibré le budget (non sans difficultés) au Québec...
  • En ce qui concerne le palier fédéral canadien, la situation est plus complexe puisque ce sont les conservateurs de Mulroney (ces progressistes -conservateurs qui n'existent plus...) qui ont créé les conditions vers l'équilibre budgétaire dont les libéraux de Jean Chrétien ont su tirer profit. Chose certaine, ce sont les conservateurs de Harper (pourtant des real conservative !) qui nous ont fait replonger dans l'ère des déficits...
Ce sont donc trop souvent des gouvernements de droite, dits conservateurs, qui ont aggravé l'état des finances publiques en diminuant les taxes et impôts (donc les revenus de l'État) et en sabrant dans des programmes sociaux qui ont souvent un impact démultiplicateur positif sur la croissance et la répartititon de la richesse.

2e commentaire : Ce conservatisme de mouvement (l'expression est de Paul Krugman) crie haut et fort et détient plusieurs porte-parole spectaculaires comme Glenn Beck et Rush Limbaugh, mais il n'a pas encore de vedette politique prête à concurrencer Obama sur le terrain du candidat présidentiable...

1 commentaire: