vendredi 12 février 2010

La rigidité de Stephen Harper (1)

J'enseigne dans mon cours d'Intro à la politique, en plus de l'axe gauche-droite en matière idéologique, un axe rigidité-souplesse. Le continuum complet de l'axe rigidité-souplesse correspondrait :
  • Aux moyens mis en oeuvre par la formation politique pour réaliser ses objectifs;
  • Aux façons d'exercer le pouvoir;
  • Aux rapports que la formation partisane favorisera entre l'État et la société civile.
La position de la Rigidité sur cet axe se détermine ainsi :
  • Le parti sera prêt à utiliser la violence, à réprimer la dissidence, à chercher à discréditer ses adversaires plutôt que (dans la souplesse) débattre sereinement d'enjeux où de visions opposées qui s'affrontent...
    • Le pouvoir y sera concentré au sein d'un groupe restreint et il sera centralisé, sans contrepoids indépendants.
    • La société civile sera de plus en plus dépendante de l'État, ou pire encore, dans l'extrême-rigidité, elle n'existera plus. Seul l'État occupera toute la scène, les individus agiront seuls face à l'État, sans associations libres pouvant les défendre et les informer pour qu'ils puissent exercer leurs libertés.
    Les Conservateurs de Stephen Harper font glisser le Canada vers la pente inquiétante de la rigidité sur le plan politique.

    Pour vous en convaincre, suivez ce reportage de l'émission Enquête.

    3 commentaires: